C’est pas faux

Continuant nos investigations sur les besoins cachés derrière des phrases clichés, nous avons continué avec « c’est pas faux », phrase culte de Kaamelott.

Voici donc les phrases stimulus et le besoin caché derrière le « c’est pas faux »

Les besoins cachés

Voici nos phrases stimulus :

  • Il faut plutôt frais ce soir. Le c’est pas faux signifie « cela ne m’intéresse pas ».
  • Il se passe plein de choses dramatiques. Le c’est pas faux signifie « rien à faire ».
  • J’ai perdu ma bague, ça ne va pas bien. C’est la chaîne des catastrophes. Le c’est pas faux, malgré une pointe d’empathie, signifie « c’est ballot ! », « pas de bol », « ça ne m’intéresse pas plus que cela », « passons à autre chose maintenant ».
  • J’ai rencontré Marine, elle est super sympa. Le c’est pas faux signifie « j’ai des choses négatives sur elle ».
  • J’en ai marre de cette thérapie. je n’y crois pas beaucoup. Le c’est pas faux signifie « il était temps que tu t’en rende compte »

Nous observons que « c’est pas faux » répond plus à une généralité qu’à une expression personnelle.

En conclusion, un besoin de passer à autre chose

Ainsi, « c’est pas faux » signifie la plupart du temps le sujet ne nous intéresse pas. Revenez alors à votre intention si vous voulez poursuivre la conversation.

Pour aller plus loin

Sur la phrase culte de Kaamelott.

Si vous avez des remarques, laissez-moi un commentaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.