Est-ce que vous vous dites souvent “Je dois” ou “Je devrais” au lieu de dire “je choisis de” ? Vous vous mettez la pression facilement ? Vous avez l’impression de remplir des obligations plutôt que d’agir par plaisir ? Dans ce cas, vous pouvez lire l’article suivant, qui s’appuie sur un audio de Marshall Rosenberg, l’inventeur de la communication non violente.

Nous choisissons toujours ce que nous faisons…

Si vous vous dites “je fais ceci parce que je dois le faire”, vous négligez votre autonomie et votre liberté de choix. Prendre conscience de notre liberté de choix est primordial… et de le transmettre aux personnes qui nous sont proches, à nos enfants et à nos amis. Voici 2 exemples :

  • Marshall raconte l’histoire d’une mère de famille qui se sentait obligée de préparer le repas pour ses enfants. Le jour où elle a arrêté, ses enfants furent… soulagés de ne plus l’entendre se plaindre.
  • Ainsi, je préfère qu’une personne que j’ai invitée ne vienne pas si elle n’en n’a pas envie au dernier moment. Je lui laisse le choix… de se respecter.

Il n’existe pas d’obligation de… se lever le matin, d’aller travailler, d’aller à l’école, de respecter le programme ou pour quelqu’un d’autre. Vous ne me croyez pas ? Faites l’exercice suivant.

Comment réagir ?

Voici l’exercice que propose Marshall. Je reprendrai aussi 2 de ses exemples.

1. Faites la liste des “je dois”

Quelles sont les actions que vous effectuez par obligation, devoir, peur d’avoir honte ou de vous sentir coupable ? Marshall en cite 2 : rédiger ses rapports et amener ses enfants à l’école.

Et vous ? Quelles sont les actions que vous croyez faire par devoir ou obligation ?

  • Je dois donner de l’argent à mes enfants pour qu’ils vivent décemment.
  • Je dois ranger ma chambre tous les jours.
  • Je dois motiver mon fils pour qu’il aille à l’école.



2. Demandez-vous pourquoi vous le faites ?

Trouvez le besoin caché derrière l’action.

  • Rédiger les rapports ? Pour gagner de l’argent ? Pour avoir une sécurité financière…
  • Amener les enfants à l’école ? Pour contribuer à leur bien-être. (MR avait choisi une école loin de chez lui).

Et vous, quel est le besoin que vous couvrez ?

  • Je contribue au bien-être de mes enfants quand je leur donne de l’argent.




Allez au “bout” du besoin. Vous avez une liste pour vous aider.

3. Remplacez “je dois” par “je choisis de”

Que ressentez-vous quand vous remplacez “je dois” par “je choisis” ?

  • Je choisis de rédiger les rapports pour remplir mon besoin de sécurité…” Etes-vous d’accord ? NON ? Alors arrêtez.
  • Je choisis d’amener mes enfants à l’école pour contribuer à leur bien-être” OUI ? Alors continuez avec joie.
  • Je choisis de donner de l’argent à mes enfants ? Cela dépend du moment. Quand je le fais avec joie, je suis d’accord. Sinon, je ne le fais pas.


4. Etes-vous d’accord pour continuer ?

Vous sentez-vous en joie quand vous avez dit “je choisis de” ? Alors, vous pouvez effectuer la même action en ayant conscience de votre besoin. En agissant ainsi, vous dites oui à la vie qui est en vous et qui vous fait agir. Vous êtes plus proche de vous.

Vous pouvez à tout instant refaire l’exercice.

Je choisis de dire oui à la vie

En ayant conscience des besoins couverts dans vos actions, vous vivez chaque instant en pleine conscience. Vous dites “Je choisis de vivre et de contribuer à mon bien-être et à celui des autres”. Vous reprenez la responsabilité de vos actions.

Et vous ? Etes-vous satisfaits de vos actions ?