Je ne savais pas

Nous avons poursuivi notre recherche sur les besoins cachés des phrases cliché ou passe-partout.

Au menu : « je ne savais pas »

Le stimulus et le besoin

Voici quelques phrases stimulus anodines :

  • Il fait 32 degrés dehors.
  • J’ai vu ta sœur hier.
  • Je suis allé voir ma mère malade hier.

Le besoin sous-jacent fut surtout celui de la connexion. Dans certains cas, ce fut l’empathie ou la bienveillance.

La réponse et le besoin

Dans tous les cas, ce fut un besoin de paix et de tranquillité reformulé par une participante en « j’en n’ai rien à faire »

Une solution consiste à répondre :

« Si tu veux, on change de sujet »

Si vous avez des réactions, laissez un commentaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.