Le lièvre et le blaireau

Connaissez-vous la différence entre le lièvre et le blaireau ? Duquel vous sentez-vous le plus proche ? Voici 2 photos que j’adore de Fabrice Chanson, photographe animalier.

blaireaulievreIls ont tous les deux des besoins, mais sont classés dans un ordre différent. Que se passe-t-il s’ils se rencontrent de manière bienveillante ?

Les besoins du lièvre

Un lièvre est plutôt peureux. Il peut se déplacer à 60 km/heure et faire des bonds de 2 mètres. Il élève ses petits à même le sol dans un gîte. Son besoin de sécurité est plus important que son besoin de découverte.  Néanmoins, au mois de mars, le bouquin sort pour rencontrer une hase. Son besoin de bouquiner est alors plus fort que son besoin de sécurité. Voici les besoins d’un lièvre hors période de bouquinage.Besoins lièvreIl privilégiera sa sécurité à l’aventure.

Les besoins du blaireau

Le blaireau est un animal intrépide. Nocturne et omnivore, il peut peser 20 kg et peut s’installer dans les terriers de ses voisins pour y creuser des galeries. Il ne dédaigne pas manger des lapereaux. Voici les besoins du blaireau.Besoin blaireauIl privilégiera l’aventure à la sécurité.

Quand un lièvre bienveillant rencontre un blaireau bienveillant

Ainsi, à l’intérieur de chaque personne, les besoins sont hiérarchisés... à un instant donné. Stevens parle de « heterarchie » car ils peuvent changer dans la journée ou dans l’année. Il est donc essentiel que chaque personne soit consciente de ses besoins, à court et à long terme.

Quand un lièvre bienveillant rencontre un blaireau bienveillant, leurs besoins sont toujours compatibles. C’est le principe de base de la communication non-violente et bienveillante.

Besoins compatibles

La médiation consistera à les mettre en lumière pour trouver une stratégie remplissant les besoins de chacun. Il sera alors important que chacun reformule les besoins d’autrui avant la recherche de toute solution.

Pour aller plus loin

Quelques livres et des sites.

Sur les animaux :

Sur les humains

Si vous avez des remarques, laissez-moi un commentaire.

2 réflexions au sujet de « Le lièvre et le blaireau »

  1. bonjour michel,
    dans ta description tu pars d’un besoin d’un lievre qui a peur et qui voudrait aussi vivre avec le pole opposé. il me semblerait interessant de faire le meme exercice pour quelqu’un qui est triste, ou pour quelqu’un qui est en colère ( extrait des sentiments de base ).

    • L’objectif de l’article est de montrer que l’on peut satisfaire des besoins différents. Les émotions proviennent des besoins. D’où l’intérêt de remonter à la source, le besoin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.