Que se passe-t-il quand une mère est dérangée par un dialogue entre ses deux enfants ?

Si elle se trouve au milieu du triangle dramatique de Karpman, la maman Sauveuse volera au secours de la petite soeur Victime en faisant passer la grande soeur comme une Persécutrice. Que peut-elle faire dans de telles conditions ? Faire preuve de bienveillance. Voici un exemple de résolution faisant appel à la CNV et la sociocratie.

L’observation

La grande sœur a dit à sa petite sœur :

Tu manges n’importe comment !

Une première réaction “institutionnelle” serait de réagir en faisant appel à une justice plus ou moins divine et punitive en déclarant avec bonne conscience à la grande sœur qu’elle n’a pas à parler ainsi. Ce serait de la justice punitive et non réparatrice.

Les besoins sous-jacents

Comme le plus difficile est de rester en paix pour être empathique avec autrui, commençons par explorer les besoins de la mère.

Le besoin d’harmonie de la mère sauveuse

Un premier besoin est un besoin de paix. Souvent, le Sauveur est compulsif et ne supporte pas le mal être, supposé ou réel de la Victime. Dans notre cas, dans la famille, nous avons trouvé un besoin d’harmonie

Le besoin d’équilibre de la grande sœur persécutrice

Souvent, le Persécuteur a le plus besoin d’amour et de compassion. Dans notre jeu de rôle, les besoins exprimés furent de valorisation, de reconnaissance et d’équilibre. Le dernier fut le plus important et elle l’a exprimé ainsi.

J’aimerais que tu aies les mêmes standards pour elle que pour moi.

Une solution couvrant le besoin d’harmonie de la mère et d’équilibre de la grande sœur est de proposer à la grande sœur de dire quand son besoin n’est pas couvert et d’en parler avec sa mère. Cela peut signifier qu’une compensation est possible si l’équilibre n’est pas respecté quand la grande sœur a l’impression d’être défavorisée par rapport à sa petite sœur. Ce besoin d’équilibre est sous-jacent dans les organisations, ce que certains appellent justice.

Le besoin d’autonomie de la petite sœur Victime

La petite sœur, quand sa grande sœur lui demande de manger “correctement” a un besoin de paix et d’autonomie. Ses besoins ne sont peut être pas satisfaits avec la mère, mais il est difficile de trouver une solution couvrant la situation initiale, celle-ci ne venant pas d’un comportement de la petite sœur vis-à-vis de la mère. Une médiation entre les deux filles parait nécessaire.

Une résolution possible

Afin de satisfaire le besoin d’harmonie de la mère dans la famille, il est important de définir un “contrat familial” de “règles de bonne conduite” pouvant être définies en commun et redéfinissables si elles ne remplissent pas leur objectif. Comme toute demande, il est préférable que ces règles soient positives et non des interdits.

La gouvernance consiste à définir la manière dont sont prises les décisions. La sociocratie, qui préconise le consensus est un excellent outil pour prendre des décisions en famille si cette méthode est comprise et acceptée.

Pour aller plus loin

Ce sujet sensible a intéressé beaucoup d’auteurs… En voici quelques-uns :

Un livre d’Alfie Kohn

Un livre de Marshall

Deux livres de Thomas Gordon :

Le livre de référence sur la sociocratie.

La photo est de Sebastian Danon.

Si vous avez des remarques, laissez-moi un commentaire.