Connaissez-vous la hiérarchie de vos besoins ?

Qu’est-ce qui est le plus important pour vous : l’amour, le bien-être de vos proches, la liberté ? Nos besoins peuvent être hiérarchisés. En les explicitant, vous pouvez résoudre vos dilemmes.

Ce protocole, que j’ai appris avec Olivier Lockert, qui a fondé l’IFHE, se passe en 3 parties : une première liste consciente, une première hiérarchie consciente puis une inconsciente, celle qui a le plus de valeur.

1. Ecrivez consciemment une première liste

Qu’est-ce qui vous fait plaisir dans la vie ? Est-ce quand vous allez à l’école, en famille ou quand vous vous détendez ? Qu’est-ce qui vous motive dans la vie ? Le sport ? La pêche ?

Faites une liste de vos besoins liés à chaque environnement.

Voici quelques exemples : la paix, la connexion, l’amour, l’unité, l’humour, la créativité, le contact… Imaginez les environnement suivants et faites la liste des besoins que vous couvrez.

  • Au travail : sécurité matérielle
  • En famille : contribuer au bien-être des autres
  • Avec vos amis : empathie…
  • Seul : paix, tranquillité

Complétez cette liste en cherchant un besoin supérieur.

Imaginez-vous ayant rempli un besoin, l’empathie par exemple. Sentez l’empathie à l’intérieur de votre corps. « Y a-t-il un besoin plus important que celui-là ? » Si la réponse est oui, notez-le.

Par exemple, « y a-t-il un besoin plus important que l’amour ? » Si votre réponse est la paix, notez-le et rajoutez-le à votre liste.

2. Hiérarchisez vos besoins 2 à 2

Faire la liste de vos besoins découverts précédemment. Les hiérarchiser en les notant de 1 à 10. Le « 1 » étant le premier, en haut de l’échelle.

Besoin / valeur Rang Nombre de bâtons
 Apprentissage
 Paix
 Amour
 Spiritualité
 Empathie

Ensuite, comparez-les deux et deux en partant du haut. Prenons l’exemple de l’apprentissage et de la paix. Si vous imaginez vivre dans un monde où toutes les personnes sont en paix et où toutes les personnes ont envie d’apprendre, lequel préférez-vous ? Si vous préférez un monde en paix, mettez un bâton devant la paix. Si vous préférez celui d’apprentissage, mettez un bâton devant l’apprentissage.

Faites ainsi pour tous les besoins et comptez les bâtons. Vous arrivez à une deuxième liste ordonnée. Qu’en pensez-vous ? Vos besoins essentiels ont-ils changé ?

3. Prenez de la graine

Maintenant, imaginez que vous êtes une petite graine plantée dans le sol. Vous êtes au milieu de la terre et, au-dessus de vous, il pleut. L’eau s’infiltre dans la terre et vous arrose abondamment. Vous vous nourrissez des nutriments, des éléments qui vous entourent et de l’humidité ambiante. Vous grandissez petit à petit, avez de plus en plus de force jusqu’à ce que vous sortiez de terre. Vous ne savez pas encore quel arbre ou quelle plante vous êtes.

  • Vous sentez simplement la solidité de cette tige centrale qui représente la première valeur. Laissez venir un mot qui nomme cette première valeur essentielle pour vous. Ensuite, quand cet axe central a suffisamment grandi, sentez les branches qui partent de cet axe.
  • Sentez cette première branche qui sera à droite ou à gauche, en face ou derrière, qui représente une deuxième valeur essentielle pour vous. Notez cette deuxième valeur.
  • Et passez à la branche suivante.
  • Laissez ainsi votre arbre votre fleur ou votre plante pousser jusqu’à ce que vous ayez quatre ou cinq valeurs essentielles telles que la vie, l’amour, la plénitude, le plaisir et le partage, au choix de la plante qui pousse.

Comparez les valeurs que vous avez eues dans la première partie de l’activité et celles de la deuxième partie. L’ordre des valeurs de la deuxième partie a plus d’importance. Elles sont plus inconscientes. Une valeur nouvelle est-elle apparue ? Une valeur que vous recherchiez dans la première activité était-elle déjà en vous ?

Pour aller plus loin

Quelles valeurs ou besoins avez-vous trouvé ? Les miennes sont la connexion, l’amour… Laissez-moi un commentaire sur vos valeurs essentielles.

20 réflexions au sujet de « Connaissez-vous la hiérarchie de vos besoins ? »

  1. Ping : Un nouveau protocole contre les dépendances | Michel Diviné

  2. Ping : Comment trouver un besoin supérieur à l'intention positive d'une addiction | Michel Diviné

  3. Ping : Célébrez vos besoins insatisfaits |

  4. éveil est ma 1ere valeur
    après l’amour et la connaissance
    ensuite la paix
    l’empathie

    et je viens d’en trouver une autre le partage

    • Pascale, tu pourrais m’en dire plus sur ce que tu mets derrière l’éveil ?
      Pour moi, j’aime bien apprendre plutôt que connaître…

  5. Ping : Quatre concepts philosophiques revisités | Brèves de picologue

  6. Bonjour, merci de votre liste de besoins. Je suis une « altruiste » et dans ce profil c’est très difficile d’identifier ses besoins et de les satisfaires. Je suis en voie…
    Mon premier besoin est la paix, ensuite la compassion, le respect mutuel et la confiance. Ce qui me frappe est que la paix est un besoin que je nourrie seule (je l’ai associée ainsi dans la première étape), les trois suivantes en relation avec la famille et les amis. Il n’y a pas de besoin primordial pour moi nourri par le travail.

    • Une altruiste serait-elle une personne qui met le besoin d’autrui avant le sien ? Une sauveuse ? Je ne comprends pas le besoin de compassion. Est-ce de l’empathie ? Les besoins cachés derrière le travail sont souvent un besoin d’indépendance, de sécurité financière ou de donner du sens à sa vie.

      • Oui, l’altruiste est se donne en espérant (souvent insconciemment) recevoir.

        Oui, mon besoin de compassion est un besoin d’empathie. J’ai besoin de recevoir des autres car j’ai manqué. Le fait de me donner trop va dans ce sens.

        Je pense que j’ai le besoin d’indépendance, de sécurité financière ou de sens à ma vie dont vous parler pour le travail mais ils sont tellement loins derrière mes besoins affectifs…

        En général je me suis sentie vide, seule et incomprise dans la vie.

          • Oui, c’est totalement le cas. J’ai voulu sauver/guérir mon père et aider/soutenir ma mère.

            Les dernières années je les ai passé à faire de même avec mon mari qui a deux problèmes mentaux.

            Oui, j’ai un frère ainé (vivant), ma mère a fait une fausse-couche et ensuite il y a eu moi. Je pense que la fausse-couche était un garçon (4-5 mois de gestation je crois). Moi je suis une fille mais qui m’est jamais senti ni fille ni garçon mais les deux à la fois ou aucun.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.