Dans notre groupe de pratique, nous cherchions le besoin caché derrière le fait de se sentir mal à l’aise quand une personne nous rend responsable de son état, quand elle nous dit, par exemple “je me sens blessé parce que tu…”

Blessé

Nous avons alors découvert l’importance du besoin de bienveillance.

Des exemples de “critiques” peu bienveillantes

Voici les exemples que nous avons eus dans notre groupe et les besoins découverts, après la tendance initiale de se justifier :

  • “Je me suis sentie en danger parce que tu n’avais pas allumé la lumière”. Besoin de contribuer au bien-être, de se sentir innocent ?
  • “À cause de toi, on a démarré la réunion en retard”. Besoin de respect mutuel ?
  • “Tu as refusé de m’embrasser, je me suis sentie vexée”. Besoin d’empathie, de connexion et de bienveillance ?

Puis nous avons élargi la réflexion aux “il faut”.

Il faut que tu…

Voici le résultat de notre fertile imagination…

  • “Il faut que tu fasses des travaux chez toi”. Besoin de respect mutuel ?
  • “il faut faire attention aux crottes de chien”. Besoin de respect mutuel et de bienveillance ?
  • “On ne tousse pas en public”. Besoin de respect mutuel et de bienveillance ?
  • “On ne fait pas comme ça avec les enfants”. Besoin de bienveillance et de respect mutuel ?

Comme le dit Marshall Rosenberg, nous vivrons plus longtemps si nous ne tenons pas compte des conseils désintéressés de nos proches.

Le besoin de bienveillance

Ainsi, il apparaît que le besoin de bienveillance est primordial. Il est aussi souvent lié au besoin de respect mutuel.

Dans le cas où vous rendez quelqu’un responsable de votre état, vous occultez sa nature humaine. C’est comme si vous vouliez qu’il soit parfait et qu’il prenne soin de vous, comme l’attente d’un enfant envers ses parents qu’il voit surhumains. Attention, comme le dit Bert Hellinger, l’inventeur des constellations familiales :

La victime est le pire des persécuteurs.

Nous avons le même phénomène quand vous faites appel à une règle pour juger autrui. Vous occultez sa nature humaine. ainsi, le besoin de bienveillance est un besoin de communication de coeur à coeur. J’ai besoin de bienveillance signifie : “regarde-moi comme un être humain“. Connaissez-vous le proverbe tibétain ?

Je vis quelque chose au loin et je crus que c’était un animal. Je m’approchai et m’aperçus que c’était un homme. Je m’approchai encore et je compris que c’était mon frère.

Si vous avez des remarques, laissez-moi un commentaire.