Quels sont les besoins derrière un compliment ou une critique ?

Nous nous somme amusés à encenser puis à critiquer autrui dans notre groupe de pratique CNV.

La recherche des besoins ne donne pas le même résultat.

Complimenter

« Le bâton est dans la carotte » disait Alfie Kohn et complimenter est un jugement sur autrui, même « quand il vient du cœur » suivant l’expression d’une participante.

Voici quelques compliments plus ou moins spontanés :

  • Tu as une coiffure qui te sied à merveille, une très belle présence et un regard très éclairé.
  • Ta prise de parole est très courageuse.
  • Tu as un très bon goût.
  • Ton couple est magnifique.
  • J’aime ta personnalité et ta façon de répondre.
  • Tu es un exemple pour nous tous.
  • Tu es extrêmement patiente et discrète.
  • Tu connais bien tes classiques, tu es érudit.

Et les besoins que nous avons débusqués :

L’empathie et la connexion semblent les plus importants. Nous n’avons pas eu de demande de soutien, contrairement aux films où une personne déclare « tu as sûrement quelque chose à me demander » devant un compliment.

Critiquer

Voici quelques critiques plus ou moins spontanées :

  • Je sens que tu ne vas pas très bien.
  • Tu as l’air d’être en colère.
  • Tu ne comprends rien depuis le début de la séance.
  • Tu es trop silencieux et tu n’interviens pas beaucoup.
  • Tu cherches tes mots pendant des heures, c’est énervant.
  • Tu es brouillon et ta façon de donner des informations n’est pas terrible.
  • Tu nous caches sûrement quelque chose.
  • Tu es présomptueux dans ta manière de t’exprimer.

Notez le « je sens que tu » qui n’est pas un sentiment dans 99,99% des cas.

Et les besoins que nous avons débusqués ont été beaucoup plus variés :

  • Clarification
  • Authenticité.
  • Connexion
  • Contribuer au bien-être d’autrui.
  • Echange, partage.
  • Expression.
  • Préserver son temps.
  • Prendre son temps.

Ainsi, la critique veut quelquefois contribuer au bien-être d’autrui. Souvent, c’est une demande déguisée de soutien (une demande de partage quand on critique le silence d’autrui), tout comme le persécuteur du triangle dramatique qui ne sait pas exprimer clairement sa demande de soutien.

Les réactions des participants

Beaucoup ont trouvé qu’il était plus facile de critiquer que de complimenter et que c’était plus « authentique ». Et d’autres ont eu du mal à accepter que complimenter était un jugement à éviter. Il est plus important de faire des observations à autrui, de lui indiquer en quoi ce qu’il a fait a enrichi notre vie en satisfaisant quelques uns de nos besoins.

Pour aller plus loin

Une vidéo de Marshall en anglais explicitant sa position sur les louanges et les compliments :

Si vous avez des remarques, laissez-moi un commentaire.

2 réflexions au sujet de « Quels sont les besoins derrière un compliment ou une critique ? »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
11 × 18 =


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.