Que faites-vous pour prendre soin de vous ?

Super expérience dans notre groupe de pratique. Une personne, prise dans le rôle de sauveur, puis de victime du triangle dramatique de Karpman, avait du mal à prendre soin d’elle.

Voici les dynamiques du sauveur et de la victime et les différentes pistes que nous avons explorées pour prendre soin de soi.

Le triangle dramatique

Le triangle dramatique de Karpman comprend 3 acteurs : le persécuteur, la victime et le sauveur. Souvent, le sauveur se met en colère contre le persécuteur de la victime avec bonne conscience. La justice expiatrice est un bon exemple : le juge met en prison le persécuteur qui ne peut alors réparer le dommage qu’il a fait à la victime.

Ces dynamiques sont des dynamiques enfantines de personnes compulsives qui ne prennent pas le temps de contacter leur besoin et de demander l’autorisation d’autrui avant d’agir tout comme des enfants qui ne peuvent s’exprimer envers leurs parents. Ceci est vrai pour le persécuteur et la victime qui se vengent sur leurs parents dont ils attendent à ce qu’ils devinent leur besoin. Le sauveur veut souvent sauver ses parents, identifié à des frères ou des soeurs, des oncles, des tantes ou des grands-parents morts la plupart du temps. Les terroristes et les hommes politiques sont des sauveurs professionnels, des « fils à maman » qui veulent inconsciemment défendre leur mère, intriqués dans leur histoire.

Le drame du sauveur professionnel

L’objectif caché du sauveur est de s’aimer. Il pense qu’en sauvant une victime, celle-ci l’aimera et qu’ainsi, ayant prouvé sa valeur, il s’aimera lui-même. Il est important de respecter l’ordre suivant : prendre soin de soi, prendre soin d’autrui et, éventuellement, prendre soin de Dieu en 3e position. Cet ordre est important car il détermine l’action à effectuer : n’aider autrui que si l’on est en paix avec soi, préférer votre prochain à Dieu, même si celui-ci vous demande de sacrifier votre fils unique. Le sacrifice est très souvent proche du sacré…

Le drame de la victime professionnelle

Le « jeu » typique de la victime, découverte en analyse transactionnelle par Eric Berne, est « oui, mais » qui rétorque « oui, mais » à toute proposition de solution. Dans le cas de la CNV, dont un des premiers objectifs est de trouver le besoin… et non la solution, la victime peut jouer au chat et à la souris en rebondissant sur les besoins en permanence, en retournant dans le sentiment ou en reparlant d’autrui pour brouiller les pistes, pour refuser de mettre une fin à l’échange. Son message sous-jacent est « tu ne peux pas m’aider » et son bénéfice secondaire est de monopoliser l’écoute pour avoir l’impression d’exister. Ce jeu est dangereux pour l’aidant qui risque de s’épuiser s’il est lui-même dans un scénario de sauveur du genre « je ne cherche qu’à t’aider » et qui risque de reprendre la colère cachée de la victime, souvent envers une personne de son système familial.

Des stratégies pour remplir ce besoin de prendre soin de soi

Voici les pistes que nous avons explorées :

  • Je prends du temps pour moi, je fais attention à mon alimentation, je pratique une activité physique.
  • Je fais du yoga, je médite.
  • Je fais de la guitare, je fais des rituels pour casser mon mental.
  • Dans mon atelier, je regarde mon travail. Je fais la sieste. Je vais dans mon groupe de copines. Je regarde mon fils et mon mari.
  • Je fais à manger. Je prends des douches. Je nettoie mon appartement pour qu’il soit agréable.
  • J’écoute de la musique très fort. Je range. Je marche dans un parc.
  • J’apprends des langues. Je me promène dans la nature où je fais un effort physique. Je fais de l’écriture automatique.
  • Je prends mon petit déjeuner dehors. J’écoute le chant des oiseaux. Je cours ou je marche. Je dors. Je soigne mes relations. Je fais un stage de clown.
  • Je vais à la piscine. Je me promène au parc. Je taille la haie d’une amie.

Ainsi, nous voyons que la nature nous ressource, tout comme de prendre soin de son corps, de son appartement ou de ses relations.

Pour aller plus loin

Des livres et un film sur les jeux psychologiques

Des articles sur le triangle dramatique de Karpman

Si vous avez des remarques, laissez-moi un commentaire.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.