Quelques phrases clés en communication bienveillante

Voici quelques phrases bienveillantes à apprendre par cœur pour développer votre coeur de girafe. Nous nous plaçons dans le cas où vous aidez autrui à contacter ses besoins.

Vous pouvez les mettre à votre sauce pour les rendre plus naturelles. Pour exercer votre cœur de girafe envers autrui, vous cherchez d’abord son besoin. Quand vous en avez trouvé un, vous insistez dessus. Puis, vous l’aider à s’exprimer avant de chercher des solutions.

Aurais-tu besoin de XXX ?

La communication bienveillante repose sur la recherche des besoins. Cette question est de loin la plus importante.

Notez bien le « de » et non « que je ». Le besoin est indépendant d’autrui. Dites « As-tu besoin de soutien ? » au lieu de « As-tu besoin de mon soutien ? » ou, encore pire « As-tu besoin que je fasse la vaisselle ? »

Si j’ai bien compris, tu as besoin de…

Après avoir pédalé dans votre recherche et avoir eu un consentement plus ou moins léger sur l’énoncé du besoin, insistez pour vérifier si ce besoin est un des « bons ». Il peut y en avoir plusieurs.

XXX est vraiment important pour toi ?

Une fois que vous l’avez eu, insistez pour que la personne ressente vraiment la beauté de son besoin. Plus vous répéterez le nom du besoin, plus la personne en prendra conscience.

Y a-t-il autre chose que tu aimerais dire ?

Quelquefois, la personne a besoin d’empathie, d’aide pour trouver ses besoins. Il est important d’en faire le tour, qu’elle « vide son sac » pour explorer ses besoins. Alors ouvrez grande la porte de votre cœur de girafe et prenez votre temps pour cherchez d’éventuels besoins cachés.

Si la personne revient sur ses sentiments, ramenez-la à ses besoins en lui posant la question « Et maintenant, aurais-tu besoin de XXX ? »

Que pourrais-tu faire pour remplir ce besoin ?

Enfin, le passage à l’action. Comme vous n’êtes nullement responsable de satisfaire les besoins d’autrui, il est important de lui laisser son autonomie, qu’il imagine différentes solutions pour satisfaire son besoin sans devenir dépendant de votre bon vouloir.

Reformulez les pistes, précisez-les et faites preuve de créativité pour trouver des solutions. Souvent, les personnes ne sont pas conscientes de leur besoin et n’ont pas eu l’occasion d’imaginer les solutions pour le remplir.

Pour aller plus loin

La communication bienveillante, de Michel Diviné, où je donne des phrases clés et des vidéos de Marshall.

Si vous avez des remarques, laissez-moi un commentaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
18 − 5 =


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.