Résoudre les conflits de couple

Comment résoudre les conflits de couple ?

Après un survol de l’origine des conflits, voici des pistes de résolution, avec ou sans l’aide d’un spécialiste.

L’origine des conflits de couple

Il y en a plusieurs, d’ordres systémique et personnel, concernant le couple ou ce qui s’est passé avant le couple, dans la famille d’origine ou dans une relation précédente.

Les conflits systémiques

Dans ce cas, une personne confond son partenaire avec une personne de son système, le plus souvent un frère ou une sœur morte. Par exemple, la femme confond son partenaire avec un frère mort (fausse-couche ou avortement). Elle n’en n’a pas fait le deuil et reste inconsciemment en colère contre son frère mort (pourquoi m’as-tu abandonnée ?) et a tellement peur que son partenaire s’en aille qu’elle préfère s’en aller elle-même. Si elle ne veut pas en prendre la responsabilité, elle sera jalouse pour rendre impossible la vie de son partenaire qui décidera alors de la rupture.

L’homme, s’il a perdu une sœur, peut se transformer en Sauveur universel et se mettre en couple avec une Victime, une femme morbide qui l’accusera de son malheur et que le Sauveur aura du mal à ne pas croire.

Le lien avec un partenaire précédent

Si un des deux partenaires est toujours lié plus ou moins consciemment dans une relation précédente, il n’est pas libre pour la relation actuelle. Cela peut se révéler à la naissance d’un enfant le représentant (un garçon pour une femme ou une fille pour un homme) et qui deviendra un fils à maman ou une fille à maman.

Un avortement casse la relation dans le couple et les relations suivantes. S’il y a eu un avortement dans une relation précédente, il y a de fortes chances que la femme soit en colère contre le partenaire précédent et le confonde avec le partenaire actuel et tous les hommes de la terre.

La perte d’un enfant

Elle peut casser la relation si les deux parents ne l’assument pas ensemble. C’est surtout valable dans le cas d’avortement et dans le cas de fausse-couche si la mère se sent coupable.

Un déséquilibre dans le couple

L’amour possède un capital de départ qui augmente en cas d’échange positif et qui diminue en cas d’échange négatif, quand l’un donne plus que l’autre qui ne remercie pas. Les principales causes de déséquilibre sont :

  • Un déséquilibre constant. En comptant l’énergie, le temps passé, l’argent investi pour autrui ou pour la famille, la balance est-elle équilibrée ? Si, par exemple, le mari a payé les études de sa femme, celle-ci risque de partir, sachant qu’elle ne pourra pas rembourser sa « dette » ou rééquilibrer la relation. C’est aussi le cas quand un des deux est stérile ou dépendant à la boisson ou à la cigarette, l’autre ne pouvant renoncer à avoir des enfants ou à vivre sainement.
  • Un déséquilibre de communication. Quand l’un parle plus de lui que l’autre, cela crée un déséquilibre, peut-être à compenser d’une autre manière.
  • Un tort commis au détriment de l’autre. Si, par exemple, l’un des deux a eu une aventure conjugale, il a déséquilibré la relation. Pour la rééquilibrer, une compensation est nécessaire. Sinon, le trompé sera toujours méfiant et deviendra un persécuteur accusant l’autre d’avoir été sa victime.

Des besoins divergents.

C’est un cas très courant. L’un des deux entame un chemin personnel qui renforce des besoins d’échange, de savourer la vie ou de spiritualité qui n’existaient pas auparavant, surtout quand l’autre est morbide. Comme ces besoins ne peuvent plus être remplis dans le couple, la force du lien diminue jusqu’à disparaître. C’est par exemple le cas quand la femme veut des enfants pour donner du sens à sa vie et que l’homme ne veut pas s’engager ou que l’un des deux a une relation extraconjugale et que l’autre a besoin de stabilité émotionnelle.

En synthèse, les cas les plus courants sont un avortement dans une relation précédente, une relation précédente inachevée, un avortement dans la relation actuelle ou des besoins divergents.

Les solutions possibles

Voulez-vous faire appel à un intermédiaire ou vous débrouiller seul ?

Faire appel à un spécialiste

C’est, à mon avis, indispensable. Il sera à même de comprendre les dynamiques ou servir d’intermédiaire entre les partenaires, un peu comme un avocat commun.

Faire une médiation de couple

Le plus simple est d’opérer une médiation pour rétablir le lien et que chacun parle de ses besoins personnels. De mettre des mots sur ses besoins personnels évite d’accuser autrui d’être responsable de ses émotions. De plus, cela favorise la connaissance de chacun de ses besoins, ce qui est toujours profitable.

La base est de faire un tableau indiquant les points de friction et les besoins liés. Par exemple, quand tu laisses tes chaussettes sur le canapé, mon besoin d’ordre n’est pas satisfait. Ou, quand tu me dis « tu es méchant », mon besoin d’être accepté comme je suis n’est pas satisfait.

Dans ce cadre, le cadre des discussions de couple ou une compensation peuvent être actés. Par exemple, se voir régulièrement et préciser ce que l’autre a fait pour enrichir ma vie et ce que j’aimerais qu’il fasse pour l’enrichir encore plus.

Entamer une thérapie personnelle

Comme la dispute peut venir de la mort d’un frère ou d’une sœur, d’un lien précédent ou d’un avortement, cela n’a rien à voir avec le partenaire. Le premier pas est donc personnel. Je conseille l’EMDR pour les traumas personnels comme la dispute des parents (entraînant la croyance « je suis impuissant ») ou la perte d’un enfant et les constellations familiales pour la perte d’un frère ou d’une sœur ou la mise à jour d’un lien précédent toujours actif.

Se débrouiller seuls ?

C’est, à mon avis, hautement, risqué. L’important est de se sentir innocent des réactions d’autrui et de comprendre que l’origine des émotions provient de la satisfaction ou de l’insatisfaction des besoins. Vous pouvez très bien penser que si vous faites un travail personnel comme de suivre des cours de CNV ou de la pratiquer en groupe, cela fera avancer votre couple. A mon avis, vous vous trompez car vous ne respectez pas votre conjoint, le prenant pour un enfant à éduquer. Vous pensez le sauver alors que, peut-être, il n’a pas envie de grandir ou de communiquer. Enfin, si vous insistez, voici quelques pistes :

  • Décidez d’un lieu neutre, d’une zone de paix, où toute critique sur l’autre est interdit.
  • Parlez-en à froid. Demandez à votre partenaire comment faire pour accompagner ses états d’âmes quand vous êtes en paix et convenez d’un geste qui signifie quand c’est « trop » pour vous et que vous voulez arrêter la conversation.
  • Dites « J’aimerais que l’on en parle plus tard quand nous serons tous les deux en paix ».
  • Convenez d’un geste qui symbolise la connexion, comme de toucher la personne ou qu’un des deux serre l’autre personne qui est en colère, si elle le veut bien.
  • Chacun fait la liste de ses besoins personnels et demande à l’autre de les reformuler mot pour mot en convenant d’un geste de pause quand l’un commence à parler sur l’autre.

Enfin…

Accepter la séparation

Une relation quotidienne déséquilibrée est très énergivore et la séparation peut être la bonne solution. Quand il y a des enfants, la séparation peut être une solution de paix à long terme, surtout si la communication est conservée. Cette séparation est recommandée quand un besoin essentiel n’est pas rempli (équilibre, échange, communication, stabilité émotionnelle, respect mutuel, empathie, donner du sens à sa vie, s’aimer tel que l’on est…).

En conclusion

Si vous êtes dans une relation de couple orageuse, traitez le problème de suite. Mettre la poussière sous le tapis le rendra encore plus visible. Osez aborder le sujet. Autant une thérapie individuelle peut être brève, autant la communication bienveillante demande du temps et de la patience, d’accepter de faire des erreurs dans une atmosphère bienveillante.

Pour aller plus loin

Quelques livres sur la communication :

Quelques livres sur les dynamiques de couple :

Si vous avez des remarques, laissez-moi un commentaire.

2 réflexions au sujet de « Résoudre les conflits de couple »

  1. Bonjour,je suis actuellement dans une relation de couple qui me pese beaucoup ,j’essaye de me remettre en question pour prendre ma responsabilité dans cette relation ,marié depuis 45 ans j’aimais mon mari avec ses qualités et ses défauts,il aimait être libre pour lui c’etait trés important . Mais voilà j’ai appris qu’il a eu une relation de 9ans et là j’ai ressentit comme la mort de ma relation car j’ai ressentit un abandon totale de sa part,surtout pendant une année en plus de ces 9ans car pendant une année il a laissé sa maitresse m’ecrire des lettres ou elle m’écriver l’intensité de leurs relations,et seulement àprés une année il m’affirme que jamais il voulais me quitter que son amour a toujours etait là pour moi. que cette relation etait juste côté c’etait rien pour lui.Moi je suis dans la méfiance que je n’arrive pas a oublié cette trahison donc je veux plus avoir de la sexualité mais lui il me dit qu’il m’aime tellement qu’il vas avoir de la patience,Comment retrouvé cette relation si harmonieuse que j’avais et que aujourd’hui on a plus dans le couple et le confinnement ne m’aide pas,

    • Maryline, c’est le moment d’oser dire que votre besoin de « stabilité émotionnelle » et de « confiance » n’est pas remplie. Vos parents ont-ils perdu des enfants ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
30 − 1 =


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.